Langue 
EN   DE   FR
lien facebook Fil RSS: Immobilier Suisse
MAJ: juin 2019
  • Calculateur de prix

  • Combien vaut mon immobilier ?

  • Comment les prix suisses changent ?

  • Y at-il une bulle des prix des logements ?

  • Où dois-je placer mon argent ?

Région
Type
Année d'achat
Prix payé
CHF

Laissez notre calculatrice tracer un graphique et vous montrer combien votre immobilier vaut maintenant.

house price percentage change
house price net change
Le secteur résidentiel en Suisse reste soutenue. Les taux hypothécaires sont à des niveaux historiquement bas (environ 1% pour une hypothèque Libor à 3 mois), et vont probablement y rester pendant un certain temps. La population est en augmentation, notamment grâce à une économie relativement forte et un afflux net de personnes.

Le nombre de nouveaux logements atteint de nouveaux records, mais la demande dépasse l'offre, en particulier dans la région région populaire du lac Léman, et de plus en plus dans la région de Zurich aussi. Le résultat: prix de l'immobilier en hausse et un marché immobilier actif.

Mais, l'évolution des prix varient énormément selon la région et le type de propriété, et il est difficile de généraliser au sujet des prix des biens à travers tout le pays. Par exemple, pour la première fois depuis de nombreuses années, les prix des appartements PPE sont en train de tomber,tandis que dans d'autres régions du pays, ils sont toujours en hausse.

Pour calculer la valeur actuelle de votre bien, nous avons produit un calculateur de prix, basée sur des chiffres de la Banque Nationale Suisse et Wüest & Partners. Jetez un oeil sur l'évolution des prix dans votre région et calculer la valeur de votre bien immobilier en ce moment. Nous maintenons nos chiffres à jour, donc vous êtes assuré d'avoir les dernières informations.

Le type de bien immobilier la plus recherché sont les maisons individuelles, et historiquement en Suisse, elles coûtent autour de 8 fois le revenu annuel moyen des ménages. Il est donc coûteuse de devenir propriétaire en Suisse et cher par rapport aux comparaison internationale. (En Grande Bretagne, une maison ne coûte que 5 fois 'le revenue moyen annuel des ménages').

Ce qui rend les prix encore abordable ce sont les faibles taux hypothécaires d'environ 1% (bien en dessous de la moyenne à long terme de 5%), et le long termes de ces prêts hypothécaires (souvent 100 ans). Toujours difficile par contre de trouver le 20% exigée par les banques en termes de fonds propres. Il est rare (mais apparemment c'est possible) de trouver un prêt hypothécaire de plus de 80% du prix du bien. Une maison assez modeste dans la région Genvoise coûte 2 millions de francs, il faudra donc un énorme 400'000 CHF d'acompte. Si vous ne possédez pas déjà une maison à vendre, alors vous devez être un très bon épargnant!

Encore un facteur important est le fait que les règles en Suisse concernant la vent d'immobilier aux étrangers est en train de changer. Il devient beaucoup plus facile pour les ressortissants de l'UE d'acheter d'immobilier en Suisse. Les étrangers aisés ont tendance de vouloir acheter plutôt que de louer, et il y a aussi le facteur supplémentaire des résidences secondaires.

Perspectives pour 2013

2012 a vu quelques nuages ​​sombres en Europe et la Suisse n'échappe pas à cette tempête économique. Menaces à l'euro et les problèmes dans le secteur bancaire ont un impact sur l'économie suisse. Le franc suisse a atteint des niveaux effrayants, et la Banque nationale suisse a dû intervenir - impression de l'argent pour fixer le taux de change avec l'euro. Le franc fort rend l'immobilier encore moins abordable pour les étrangers, et il est plus tentant pour les habitants de vendre leurs biens et de se déplacer de l'autre côté de la frontière. Jusqu'à présent, le marché du logement a bien résisté, mais 2013 est sûr d'être à plat au mieux.

Sur le plan positif, il est évident que même les locataires purs et durs se rendent compte qu'avec de tels taux d'intérêt, l'achat peut en fait se retrouver moins cher que de louer. Cela signifie qu'il ya peut-être une nouvelle catégorie d'acheteurs qui auparavant n'auraient jamais envisagé d'entrer sur le marché. Les taux d'intérêts vont certainement rester bas, tandis que le franc suisse est sous la menace de flambée contre l'euro, et le chômage n'est que de 3,1 pour cent - un chiffre qui est susceptible d'attirer des travailleurs de toute l'Europe. L'expérience montre qu'il ya encore des pénuries d'approvisionnement malgré une activité de construction durable, et il est encore pratiquement impossible de trouver un logement à louer à Genève ou Zürich.

Autres facteurs à considérer sont la ouvelle loi sur les droits de mutations (LDM), où la population a voté pour limiter la construction sur les sites vierges. Un lot de terrain qui a été précédemment marqué pour la construction a été déclassée. Cela est susceptible de maintenir la pression à la hausse sur le prix des biens existants et de concurrence pour une ressource limitée.

Le gouvernement suisse s'inquiète d'une "bulle immobilière". Personne ne veut voir un accident à l'américaine. Pour contrer cela, la BNS met les banques sous pression pour appliquer des tests de solvabilité très strictes sur les acheteurs potentiels et il tente également de limiter l'afflux de ressortissants de l'UE par réimposer des quotas. Avec le chômage 10 fois la moyenne suisse dans certaines régions de l'UE, et avec la Suisse obligé d'obéir à des traités internationaux liberté d'un mouvement, cela est susceptible d'avoir un impact très limité.

lien facebook Fil RSS: Immobilier Suisse